• 15.X.2020

    Le 24 avril 2018, je mourrais. On m'a fait revenir. On se demande bien pourquoi. Rien ne change ; ce boulet de Saturne, toujours maître chez lui, continue plus que jamais de plomber ma vie, et, dehors, tout est pire. Comme je l'écrivais déjà cet été, Tout ça pour ça et A quoi bon

    Allez, ça suffit. Je me rends à l'évidence, ce que je fais ne sert à rien d'autre qu'à me faire perdre mon temps. Cette fois je me décide et, dans un premier temps, clos cet inutile journal qui, comme le blog précédent, ne suscite au mieux qu'un superficiel intérêt poli de la part des rares proches qui l'ont ouvert, avant de commencer à faire table rase du passé dans une même indifférence générale.

    Je ne raccroche pas seulement les pinceaux. J'entends sonner toujours plus fort l'heure du grand nettoyage iconoclaste. Place alors aux autodafés et à la destruction méthodique de l'étouffante accumulation des traces asseulées de mon passage en ce monde déjà débordant de vanités. Au feu, dessins et collages, à la poubelle, les encombrants tableaux. La purge comme ultime œuvre d'art.   

     Bons baisers, à bientôt. 

    FIN DU JOURNAL DE RENE TROMPLAMOR.

    « 23.IX.2020

  • Commentaires

    1
    Tromplavi
    Mardi 27 Octobre 2020 à 12:46

    Alors c'est fini... Je t'avoue que ça m' fait un p'tit pincement au cœur mais qu'en même temps, je trouve que c'est pas plus mal. Chaque fois que je te lisais, ça me foutait l' bourdon. Sans parler des commentaires de Maman quand, elle, te lisait.

    Alors à bientôt au téléphone.

    Je t'embrasse.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :